J'ai choisi l'Asie en pensant découvrir la sagesse. Voyager à un autre rythme. Découvrir un autre mode de vie. Difficile. J'apprends le renoncement (1ère leçon).

En partant en voyage 6 mois, le champ des possible s'ouvre et dans le même temps se referme tout d'un coup, car il faut renoncer. Renoncer devant l'immensité du territoire à parcourir. Renoncer devant la diversité des cultures à découvrir. Le temps file à toute allure.

Souvenir du 1er jour à Bali. Sur la route en direction de Lombok, je rencontre 2 belges. Totalement surexcitée : it's the first day today !!! it's th first day today !!! J'ai tellement rêvé de ce voyage et fourni tellement d'efforts pour y arriver. Impossible de réaliser. Ça y est, j'y suis. Ça a commencé !!! L'impression que c'était hier et en même temps d'avoir vécu plusieurs vies.

Départ, très, trop éprouvant. Boucler mes dossiers, briefer ma remplaçante, déménager mon bureau (dans le 13ème), déménager mon appartement (pas réaliser le nombre de cartons) boucler mon sac, sauter dans l'avion. Heureusement mon départ a été repoussé pour cause de surbooking. La bonne nouvelle : du temps et des sous. Une aubaine.

1,5 nuit et 1 journée plus tard, j'atteris à Denpassar à 2h du mat après avoir enfin commencé à survoler le Lonely dans l'avion. Rien lu sur l'Indo avant. Pas le temps. Direction Gilli Meno (un attoll d'1,5 km) au large de Lombok (à côté de Bali). Prends un taxi, 1 chambre d'hotel pour me reposer 3h, un bemo, un bateau 4h, un autre bemo. Réalise que je n'arriverai jamais à temps à destination et que les trajets sont longs, très longs et compliqués... Stop dans un losmen dans le nord Lombok. Puis bemo, balade à pieds avec mon gros sac, bateau et rebalade à pied dans le sable, je m'écrase à mac 12 sur le sable de Gilli Meno. Terrorisée à l'idée de faire le trajet inverse. Cru que jamais j'allais repartir.

 

 

1ère vie : Gilli Meno (Xabier, Michel, Raffi)

 

Gilli Meno, car je suis totalement HS au bout du rouleau. Objectif : glander sur une ile déserte.

Pouvais pas tomber mieux. Gilli Meno est un ile déserte minuscule, plage de sable blanc, palmiers, cocotiers, bananiers, petites huttes en bord de plages, jus de mangues pressé. Le rêve... Levé de soleil magique devant l'hotel, couché de soleil de l'autre, à siroter des jus de fruits.

 

J'ai d'abord entrepris de faire le tour de l'île à pied sous le cagnard. Difficile de lâcher prise. Et puis j'ai enfin capitulé.

 

Jolie rencontre avec Michel et Raffi, expat français avec qui j'ai pris le temps de vivre. Rencontre avec James, britannique expatrié à l'ambassade du Pakistan, en vacances une semaine sur Gilli, avec qui j'ai beaucoup, beaucoup rigolé et qui m'a rassuré sur ma capacité à comprendre et me faire comprendre dans une autre langue que la mienne.

 

Gilli est une drôle d'île très calme dans la journée, qui semble se réveiller la nuit dans un boucan d'enfer : les poules (qui se baladent en liberté et viennent manger dans ton assiette), les geckos (lézards), les vagues, le vent, les oiseaux, le muezzin ou plutôt les muezzin de Gilli Meno, Gilli Air et Gilli Trawagan, en stéréo toute la nuit (pour cause de ramadan peu après mon arrivée). Incroyable.

 

Découverte de la plongée sur l'île et une pensée pour Stéphane, mon dive master et coach plongée en France, qui m'a bien aidé à en profiter. La plus belle plongée de ma vie : coraux et poissons multicolores tous illuminés, nage avec les tortues (très nombreuses - Gilli Meno est une réserve) et Xabier mon dive master attentionné. Ma 1ère nounou qui soigne coups de soleil et piqûres de moustiques.

P1010303,P1010299

Snorkling avec Raffi, coup de soleil monumental sur mes petites fesses (éviter les chemises blanches pour aller dans l'eau, ça ne protège pas des rayons - 2ème leçon) devenues rouge vif.

 

Suis comme un poisson dans l'eau. L'impression d'être restée une vie entière là bas, qui pourtant n'a durée qu'une semaine.P1010291;P1010285,P1010284,P1010283,P1010304,P1010326,P1010319,P1010317,P1010315,P1010311,P1010332,,P1010330,P1010327,

 

Seconde vie : Bali avec Magali

 

Je quitte Meno pour retrouver Magali à Depassar, ma nouvelle nounou (qui m'a sauvé la vie en m'évitant de me faire percuter par un scooter)... 10 heures de promenade à pied, bateau, bus, bus, bateau, bus (plus facile une fois qu'on a compris comment fonctionne les transports). Atterrissage brutale à Kuta. Même quand on s'y attend. Boites de nuit à gogos, putes, rabatteurs qui t'interpellent : "cocaïne, marijuana, massage ?".

P1010394,P1010354,,P1010396,P1010347,P1010399,P1010349,

Objectif : filer dans le sud. Un taxi et un accident de scooter sous nos vitres plus tard (en moyenne 1 par semaine), nous arrivons à Jimbaran après le couché de soleil (18h). C'est décidé, on ne visitera pas Bali à moto. Nous étions en train d'en discuter au moment où le scooter à côté a été projeté à plusieurs mètres. Un signe du destin... Un peu austère d'arriver la nuit sur cet axe gavé de moto, hyper pollué. On découvre le lendemain un petit port et un marché grouillant de pêcheurs, poissonniers, gosses, cageots, poissons, bateaux. Nous faisons une orgie de fruits de mer et profitons du couché de soleil féerique, en blaguant sur notre célibat et l'atmosphère si romantique du lieu.

P1010388,P1010387,P1010377,P1010373,P1010372,P1010367,P1010365,P1010362,P1010408

Après de sévères discussions, négociations, visites des transporteurs locaux et losmen, nous nous posons 4 jours à Ubud. Magiques les rizières, les couchés de soleil auxquels aucune photo ne saurait rendre justice.

Je suis bien en peine pour décrire la beauté et la puissance des paysages que j'ai traversé. J'égraine donc quelques photos qui jamais ne traduiront ce que j'ai vu...

P1010455,P1010441

,P1010464,P1010432,P1010438,P1010435,P1010430

Rencontre avec Sonia et Emily, deux françaises de Martinique avec qui nous partageons un, bout de route. Nous avons toutes les 3, vu au ciné ou lu "mange, prie, aime". Le récit d'une américaine qui quitte son mari et les USA pour un an de voyage initiatique en Italie, en Inde et en Indonésie. Elle vit à Ubud et rencontre un gourou, un guide spirituel, qui pratique la médecine traditionnelle. Il lui prédit son avenir.

Les filles voulaient absolument le rencontrer. Totalement hermétique à ce genre de choses, je me prends au jeu. Passe la journée à imaginer les questions que je vais lui poser : vais-je rencontrer un homme, quand, qui, c'est quoi son tel, a-t-il une adresse mail où on peut le joindre ? On va avoir des enfants ? Avant la ménopause c'est possible ??? Je me marre... On joue les détectives, pour savoir ou se trouve ce brave homme. On se retrouve dans une agence avec 2 sbires qui s'occupent de prendre ses rendez-vous. Nous devons patienter car c'est un homme très occupé. J'hérite d'un ticket comme à la sécu, j'ai le n°23. Nous voilà donc à faire la queue pour rencontrer ce type de plus de 90 ans tout fripé et édenté. Je vous le fais en résumé : "I see your eyes, I see your face, I see your kness, you are very very lucky, you will be very rich (come back to see me at this moment - il a beaucoup d'humour), you will have 2 children, you will be married until 2 years. You are very clever and you will be lucky with computer, and beauty salon. You will be lucky rich and have good health until the end of your life. You will live until 90 years old. Be carefull with traffic". Nous voilà rassurée... Nous avons toutes les 4 la même version. On a quand même bien rigolé.

 

P1010476,P1010475 - Copie,P1010474 - Copie,P1010470 - Copie

 

Ubud est très touristique. Mais j'aime bien cette ville qui offre un joli cadre (moins austère que les villes traditionnelles Indonésiennes), des bars, des restaux et une multitude de spa pour se faire papouiller. Et surtout la possibilité de fuir la ville et la pollution pour se balader dans les rizières, les cocotiers, les galleries d'art.

 

P1010497,P1010495,P1010492,P1010493,,P1010488,P1010490P1010486,P1010482

Rafting avec Sonia, pendant que Magali et Emily font une journée de spa complète. Là, je rencontre la famille Günner (sais pas comment ça s'écrit). Ce sont des amis de la famille Ponty (ma seconde famille) avec qui j'ai passé des vacances il y a quelques années. La famille est au complet (le papa, la maman, les enfants, les amis des enfants...) Incroyable de se retrouver le même jour, à la même heure, au même endroit, à faire la même activité... La magie des voyages... Très sympa ce raft. Nous retrouvons Magali et Emily, les pupilles dilatée ;-).

 

Après quelques jours posées à Ubud, nous partons en vadrouille faire le tour de Bali d'ouest en est. Voilà une semaine que je suis enrhumée, d'abord les amygdales gonflées (attribué à tord à la pollution). ça empire et je traîne une méchante crève... Dommage, car Amed où nous nous dirigeons est un très bon spot de plongée. Une épave se trouve à 30 mètres des côtes et à moins de 25 mètre de profondeur. C'est pour moi !!! Malheureusement je n'arrive pas à décompresser. Mal aux oreilles. J' ai pu longer toute l'épave et voir des milliers de poissons, mais impossible de rentrer dedans (descendue à 15/18 mètres au lieu de 23). Suis un peu déçue.

 

Parties pour Lovina dans un bemo tout pourrit et des routes défoncées, des vieux édentés nous sourient et cherchent à communiquer dans leur langue. Frustrant... Décollage à 5h du mat pour retrouver le pêcheur rencontré la veille et partir en bateau voir les Dauphins nager au levé du soleil. Totalement féerique. Levé de soleil à gauche, Gunnun Agung à droite (le plus haut volcan de Bali) et les dauphins qui jouent dans la mer. Puis snorkling au milieu des km de coraux. Jamais vu autant de poissons. Magali a une astuce imparable pour les attirer :-)

P1010500,P1010503,P1010552,P1010546,P1010531,

 

Mundunk : les cascades dans la jungle, les plantations de fraises, de de café, de cacao, de clous de girofles. Il fait frais... Nous créchons dans une pension familiale très accueillante, chaleureuse, où la cuisine est excellente... On apprend à tresser et comprendre la signification des offrandes hindouistes, à jouer des instruments traditionnels balinais.

P1010567,P1010558,P1010579;P1010572

Le vacances de Magali s'achèvent. Triste et inquiète de poursuivre ma route en solo en direction vers l'ouest pour attraper le bateau et traverser Java. Je vais devoir quitter le mode vacances... Nous prolongeons un peu la route ensemble en redescendant vers Ubud.

Je suis malade, les hormones dans les chaussettes, la crève (toujours) et la nausée (le nasi goreng pas passsé), les morsures de taon s'infectent (c'est dire la forme olympique dans laquelle je suis...). Suis épuisée. Merci Bernard pour les médocs (pas eu besoin des antibios pour le moment...)

Retrouvailles improbables et improvisées avec Audrey et Fabien (les Chatons) fraichement débarqués à Ubud. Magali s'envole pour la France.

Voilà 4 semaines que je suis partie et 3 semaines passées à Bali à avancer tranquillement.

 

3ème vie : est de Java avec Audrey et Fab

Audrey et Fabien veulent voir beaucoup de choses en peu de temps (Lombok, Bali, Java)... Ils mettent les voiles pour Java à peine arrivés. Pas eu le temps de regarder la suite. Ne sais plus quel jour on est, combien temps il me reste... Les Chatons me font réaliser, que comme tout mortel, il me reste peu de temps. Et me voilà partie avec mes nouvelles nounous... Au plaisir de voyager avec eux, s'ajoute le confort de voyager à plusieurs. Les distances sont longues, les trajets compliqués et couteux...

Direction le Kawa Ijen, son lac, sa souffrière et ses couleurs maginifiques (jaunes, vert, bleu). Plein les yeux... Levé 4h du matin pour marcher avec les balinais qui portent jusqu'à 40 kg de souffre. Découvrir la beauté et la force du volcan, la dure vie des porteurs de souffre est un moment fort de ce voyage qu'il m'est impossible de traduire en mot. Je laisse quelques photos.

 

P1010629,P1010696

,,P1010693,IMG_4262,IMG_4250P1010659,,P1010646,P1010684,,IMG_4196,

 

Direction le Bromo. Levé 3h30 du matin pour observer le levé du soleil au sommet de la montagne qui lui fait fasse. Course pour arriver en haut à temps... Une fois de plus, pas de mots pour décrire ce spectable incroyable. Paysage de cendre, lunaire, désertique, austère. Saisisssant. Rando le lendemain au pied du volcan qui crache de la fumée.

IMG_4125P1010713,P1010710,IMG_4363,P1010786,P1010773,P1010755,IMG_4541,IMG_4543

 

Chaque instant je mesure la chance incroyable de voir ces paysages et de vivre cette expérience. Les efforts fournis sont largement récompensés.

 

Direction Jodjakarta accompagnée des Chatons. Viste des temples de Borobudur (Boudhiste) et Prambanan (hindouiste).

210,204,235,236

 

 

C'est l'Idul Fitri (la fin du ramadan - l'équivalent de Noël chez nous). Il faut voir l'effervescence qui règne : les prix sont multipliés par 4, les transports sont bookés (les Indos fêtent l'événement en famille), les magasins débordent de marchandises, de vendreurs et d'indonésiens pressés.

Les indonésiens ont peu de vacances , mais beaucoup de jours de congés. Tout est fermé pendant plusieurs jours à cette période. Opération : mettre les voiles avant d'être bloqués. Les chatons m'abandonnent pour Lombok et je poursuis cette fois la route en solo. Un peu inquiète par la longueur des trajets (pas envie de me faire débarquer milieu de la pampa en pleine nuit) et la nécessité de faire descenre sensiblement ma moyenne journalière (à ce régime je dois rentrer en France dans 3 mois).

Une autre vie commence.

 

 

4ème vie : Ouest de Java avec Papaye et la famille de Bénédicte

 

Un bekak (moto), une train, un bakak, un bus, un bekak et 10h plus tard, j'atterris à Pagandaran.

Le train en classe économique est une vraie expérience : déborde, de gens, de sacs, de marchandises, de transexuels qui font la manche et blaguant avec des femmes voilées, de marchands et de musiciens ambulants, qui peinent à se frayer un chemin dans un train bondé et surchauffé, sans clim, sans ventilo. Les gens me dévisagent et se demandent ce qu'un euopéen peut bien faire dans un train en classe économique. Ma voisine me fixe avec insistanse depuis bientôt 1h et me prend en photo dès que je change de position. Je suis visiblement l'attraction et le principale sujet de conversation. Un homme qui parle anglais fait la traduction. Toute la rame en profite : d'où tu viens, où tu vas, t'es qui d'abord ?

 

Arrivée enfin à l'hotel, ma nouvelle nounou m'attend dans ce losmen très familial : Papay. (Comme le fruit ;-) Pagandaran c'est un peu le Saint-Tropez de Java à 4h/5h de bus des mégalopoles.

Je suis épuisée par les transports, la recherche permanente d'un hébergement, de nourritures, des sites à visiter. Objectif : se poser, dormir plusieurs fois dans le même lit, manger, recharger les batteries, commencer ce blog, organiser la suite du voyage (Bandung, Kuala Lumpur en Malaisie et l'arrivée au Myanmar ou je retrouve Brigitte - le tout en moins d'une semaine, le speed).

Pendant l'Idul Fitri, ça grouille d'indonésiens et de chinois (peu appréciés). Papay me fait décourvir le parc naturel, déniche des bouts de plage désertes (un exploit) où les cerfs et les singes s'approchent pour nous observer, m'emmenne au marché, me fait gouter tous les fruits qu'on y trouve, organise un barbecue avec des amis sur la plage. J'ai gouté au durian. Selon le Lonely planet, c'est un fruit très prisé des asiatiques, très cher, qui pue et dont le goût est infecte. Un tour de mobilette et me voilà sur le marché assise sur le bord du trottoir. Les gens autour se marrent car j'ai l'air dégoutée... Eh bien c'est super bon. Un peu bizarre. Ca a la texture de la crème nivea. Mais c'est hyper bon.

Papay répète inlassablement " never try never know" (4ème leçon).

 

Les gens me dévisagent en permanence car ici, il n'y a que des yeux bridés, mais ils sont curieux et engagent facilement la conversation.

Seuls inconvénients : les femmes de baignent toutes habillées et voilées. Il y a un commerce de mandi (salle de bain) à proximité des plages pour qu'elles puissent se changer. Impossible de ne pas se plier à la règle. L'autre inconvénient c'est que le losmen est situé juste en face de la mosquée et du haut parleur et qu'en période d'Idul fitri, le muezzin il chante toute la nuit. Jai bien dit toute la nuit sans interruption. Même les boules Quies tremblent...

 

Le temps se dilate et s'accélère en permanence. Le luxe de voir le temps s'étirer et paradoxalement se saccader en une succession de moments, d'espaces et de rencontres. Ce voyage est une succesion d'émerveillements et de coupures (affectives et géographiques).

Comme pour chaque voyage en solo, je suis zen, confiante, rien ne me contrarie... Me manque quand même mes amis, le chocolat et un peu le fromage.... J'en peux plus des nouilles, du riz, du piment, des bananes et c'est pas près de s'arrêter...

253,259,270,265,271,281,

Je quitte Papaye pour Bandung ou je retrouve la famille de Bénedicte (une amie parisienne) après 10 heures d'embouteilages pour aller dans cette grande ville proche de Jakarta. C'est classé rouge par bison futé pour le chassé croisé de l'Idul Fitri. Une nouvelle vie m'attend. Je découvre le mode de vie des Indonésiens de l'interieur, les marchands ambulants qui se deplacent dans chaque maison pour vendre de la soupe ou des legumes, les frites saucisses au petit déjeuner. La famille de Bénedicte m'accueille chaleureusement, m'emmène visiter les alentours. Beaucoup de questions sur la vie en France qui apparait facile. Pas toujours a l'aise pour répondre et parler d'argent (culture catho oblige).

Surprise de voir cette grande ville si récente présenter des constructions anarchiques, des routes défoncées et des indonesiens qui m'interpellent pour me demander de poser pour une photo (peu l'habitude de voir des occidentaux).

032,036,059,264,069;019,080,002

J'arrive a Bogor (pour me rapprocher de l aeroport et eviter Jakarta) et profite du jardin Botanique. L'air se fait de plus en plus lourd, il fait chaud, je suis épuisée... Un gardien m'explique qu il pleuvra dans 2 semaines (mousson). Je prie le ciel, pour qu il pleuve, tellement l'air est irrespirable. Tout d'un coup, je suis exhaussée. Il tombe des cordes. On y voit plus rien, les éclairs déchirent le ciel, la rue se transforme en torrent, il commence a faire nuit et s'ensuit une serie de galères (la théorie du papillon).

P1020020,P1020030,P1020043,P1020042

Je suis bloquée à l'hotel. Impossible de sortir. L'eau qui dévale les rues et la foudre me font renoncer. Je suis a cours d'argent et je dois payer l'hotel le lendemain.

Levé 5h du mat pour retirer de l'argent, payer l'hotel, prendre un taxi, un bus et l'avion... Impossible d'utiliser ma cate bancaire. Je perds du temps. Le stress. Réveille la proprio, négocie de payer en euros. Pas de taxis. Aucun angkot n'est directe pour aller à la gare routière. Angkot : bus dont on ne sait pas, d'où ils viennent où il vont, ni a quelle heure, ni avec qu'elle correspondance et ton sac ne rentre pas dedans. Personne ne parle anglais. C'est la course... Les gens me font des gestes pour m'indiquer la direction dans laquelle je devrais probablement trouver les 3 angkot qui m'amèneront à la gare routière. Je cours, je cours... et finis par attraper le bus et l'avion.


Je retiens de l'indonésie, l'odeur de la fleur de frangipanier, du poisson séché, le goût des pancake à la banane, les volcans, les poissons multicolores, les dauphins, l'indolence des balinais, le chant du muezzin, le sourire des enfants dans les rizieres.

Indonésie : 45 jours, 5 vies, 4 leçons, 17 lits.